Centre Régional des Lettres

Festival Les Boréales 2013

Concours de nouvelles 2013-2014

GéoCulture – La France vue par les écrivains


http://lafrancevueparlesecrivains.fr/basse-normandie
Application disponible sur iPhone et Android.

Festivals et salons du livre en Basse-Normandie, agenda 2013

Style display Colonne 2

Normannia

normannia La Bibliothèque Numérique Normande
Proposé par le Centre Régional des Lettres de Basse Normandie
www.normannia.info

Livre/echange

Histoire de Bulles – Jean-Blaise Djian

Histoire de Bulles - Jean-Blaise Djian

 

Téléchargez Livre/échange n°62 au format PDF

Télécharger PDF

Salon du livre de Paris, un rendez-vous stratégique

5 mars 2010.

Tandis que le Salon du livre de Paris fête sa trentième édition, le Centre régional des Lettres de Basse-Normandie et son homologue haut-normand accueilleront à nouveau 24 éditeurs des deux régions sur un stand commun. Les jeunes éditions Vagabondages installées à Bayeux reviennent au Salon du livre de Paris pour la deuxième année. Elles continuent d’étoffer leur catalogue BD.  Leur responsable, Pascal Daniel répond à nos questions auprès de François Bourdon, co-responsable des éditions du Chameau. Cette maison d’édition créée en 1993 et installée à Dozulé est également une galerie d’art.

CRL : Quelle opportunité représente le Salon du livre de Paris pour votre structure ?
Pascal Daniel :
Plus qu’une opportunité de vente d’albums, notre présence sur le Salon du livre de Paris représente la possibilité de répondre, ou du moins d’ébaucher les réponses à un certain nombre de questions que notre jeune maison d’édition se pose. Parmi ces questions ; la diffusion, l’épineuse question du choix du meilleur diffuseur pour nous. Pour cette première année d’activité nous avons assumé nous même notre diffusion et notre activité est donc plus une activité commerciale qu’à proprement parlé une activité d’édition. En 2010 nous devons faire un choix pour un diffuseur. Nous comptons que les rencontres au salon du livre de Paris nous aideront. Autre problématique ;  les coûts d’impression (la BD reste un produit cher à imprimer en raison du procédé…), nous avons rencontré l’année dernière des imprimeurs, nous avons des rendez-vous cette année aussi, afin d’obtenir des devis pour nos prochains ouvrages. Autre question que nous nous posons : le support numérique et la diffusion de nos ouvrages sur Ipod ou autre Iphone. Nous espérons repartir de Paris avec des réponses sur ce sujet.

François Bourdon : Le Salon du livre de Paris est une occasion pour nous de rencontrer un public extrêmement diversifié, qui ne nous connaît pas, mais aussi des acteurs liés aux livres, que nous ne rencontrerions jamais naturellement. Depuis le lancement de notre activité d’édition au sein de la Galerie 175, nous avons fait le choix par nécessité de ne pas participer à beaucoup de manifestations. Nous nous sommes concentrés pour l’instant sur les salons de Paris et de Caen. Caen, où nous sommes connus, nous offre l’occasion de rencontrer notre public et de lui présenter les nouveautés de l’année. Notre participation au Salon de Paris a aussi une importance sur notre public. Je pense qu’il y voit une forme de reconnaissance de notre travail. C’est important pour l’image de notre projet, que nous cherchons à développer et à pérenniser. Notre ligne éditoriale tourne autour de l’art en général et de la poésie, vue comme une forme d’art textuelle, où la graphie investit la page comme le trait un dessin. Nous sommes amenés à proposer de véritables livres d’artistes, mais aussi de véritables livres « d’imprimerie ». En ce sens le Salon du livre de Paris n’étant pas spécialisé dans les livres d’artistes, notre offre est juste légèrement décalée par rapport à ce qui s’y trouve en général, ce qui permet d’attirer l’attention, tout en étant à notre place pour une bonne partie de notre production plus classique.

CRL : Vous participiez au Salon pour la première fois l’an dernier. Quel bilan retirez-vous de cette expérience ?
Pascal Daniel :
Tout d’abord un bilan économiquement juste à l’équilibre. Les ventes de bouquins couvrent tout juste les dépenses induites par le salon : inscription au catalogue, déplacement des auteurs en dédicace, hôtel, repas, etc. Mais notre objectif premier n’était pas là. Nous souhaitions nous faire connaître, et surtout faire connaître notre production. De ce point de vue, ce fut plutôt réussi, surtout le lundi, lors de la journée consacrée aux professionnels.

CRL : Vous venez depuis plusieurs années au Salon du livre de Paris maintenant. Quel bilan retirez-vous de cette expérience ?
François Bourdon :
Venir au Salon du livre de Paris, pour une structure comme la nôtre, n’est ni évident, ni immédiat. Je veux dire que se confronter à l’offre impressionnante proposée à Paris rend notre action presque dérisoire. En réalité, cette confrontation est stimulante à plus d’un titre. On le mesure par l’écho que nous renvoient les rencontres que l’on y fait. Finalement c’est aussi par la diversité des propositions, auxquelles nous participons, que l’on se sent partie prenante d’une dynamique salutaire. Il me semble important de nous inscrire dans la durée, cela crée des repères pour le public, mais aussi pour les auteurs ou les différents professionnels du livre. Après une période de découverte du salon, nous devons réfléchir à mieux attirer l’attention du public au sens large sur ce que nous proposons. En 2008 nous avons édité une auteure parisienne. L’an dernier nous avons rencontré des auteurs, dont l’un d’entre eux va faire un projet avec nous cette année. Nous présenterons à Paris la maquette de ce projet réunissant des textes poétiques illustrés par des encres de chine.

CRL : Être éditeur en région, dans une petite structure… Comment vivez-vous cela à Paris où se côtoient des maisons d’édition de toute taille et de toute la France ?
Pascal Daniel :
Avec humilité évidemment mais sans appréhension. Nous avons des bouquins de qualité, tant d’un point de vue scénario que graphique. Nous évoluons dans un secteur de l’édition qui reste malgré tout assez jeune, la majorité des maisons d’édition de bandes dessinées n’ont pas vingt  ans. Nous mesurons aussi, combien il est long de structurer et de pérenniser une structure d’édition. Nous sommes donc patients et curieux de nos aînés présents à Paris.
François Bourdon : L’an dernier notre stand était juste en face celui d’Actes Sud. Cela nous a permis de voir effectivement un très grand nombre de personnes aller directement sur ce stand. On mesure l’impact de cette maison d’édition sur le public. En même temps autour de très grandes maisons, vous trouvez sur le salon des petites niches intéressantes, comme par exemple les éditions Voix d’encre, spécialisées dans la rencontre entre la poésie et les dessins à l’encre,  qui se trouvent sur le stand de la région Rhône-Alpes, et bien d’autres encore. En discutant avec ces petites maisons, vous vous rendez compte qu’elles fonctionnent la plupart du temps avec quelques personnes et peu de moyens, mais toujours beaucoup de passion. Cela donne des idées, voire des contacts intéressants.

CRL : Présenterez-vous des nouveautés cette année ? Si oui lesquelles ?
Pascal Daniel :
Nous présenterons une nouveauté, le deuxième tome de notre série historique consacrée aux cinq plages du débarquement en Normandie. Le tome 2 de Normandie Juin 44 (en français et en anglais) consacré à Utah Beach et Carentan, qui met en scène  un jeune Allemand et un jeune Américain, qui au début de l’histoire écrivent à leur mère respective. Chacun se prépare, à sa manière, à vivre les évènements tragiques à venir. Jürgen logé dans une ferme normande, sent bien que l’augmentation des bombardements et des vols de reconnaissance est un signe annonciateur d’un débarquement. Mais il l’imagine dans le Pas-de-Calais. Lewis quant à lui loge dans une famille anglaise. Il appréhende son parachutage et les futures batailles sur le sol normand, face à un ennemi qu’il pense connaître, puisque sa famille est originaire d’Allemagne. Nous avons trois albums en préparation qui ne seront vraisemblablement pas prêts pour le salon. Le tome 3 de Normandie Juin 44, une histoire centrée sur le secteur de Gold et la construction du port d’Arromanches. La suite et la fin de la biographie en BD de l’amiral de Tourville, Capitaine du Roi, relatant entre autre les batailles navales de Saint-Vaast-La-Hougue. Et un polar, traité en BD toujours, sur une idée de Régis Loisel, qui met en scène un enquêteur débonnaire, retraité de l’éducation nationale et qui évolue pour cette première aventure entre la Bretagne et la Normandie.
François Bourdon :
Oui nous présenterons les livres que nous avons faits depuis la dernière édition et les projets en cours comme celui mentionné plus haut. Il y aura au moins les livres suivants : Le Mystère de la boîte à visages d’Alain Lambert et  Bernard Louvel ; Félis, une histoire de chat racontée par Annick Tanguy-Pérus et illustrée par Michel Fresnel ; Vous allez en Albanie ? de Gérard Lange, Olivier Riffaud et Bernard Louvel ; Maleine as-tu tes règles ?,  céramiques et textes d’Elisabeth Le Rétif, photographies et pliage de Patrick MACE ; Nos Arts, petit journal relié, novembre 2007 à décembre 2008, quatorze mois de publications et 21 auteurs réunis dans ce livre sous la direction de Michel Fresnel et de Dino Fava ; Histoire de parler d’ailes…, ce livre accompagné d’un livret sur le travail d’Alain Cousin nous entraîne dans un univers sensible et plein de poésie.

Entretiens proposés par Nathalie Colleville

Éditions du Chameau 154 Grande rue 14430 Dozulé. Site : http://editionsduchameau.free.fr
Éditions Vagabondages Route d’Asnelles 14400 Ryes. Site : www.editions-vagabondages.fr

Notre dossier de presse (PDF).
Les rendez-vous de la FILL : résidences d’auteurs et créations en région (PDF).

Éditeurs présents à Paris
Éditions Vagabondages / Bande dessinée
Éditions Møtus / Littérature jeunesse et poésie
Zulma / Littérature française et étrangère
Presses universitaires de Caen / Sciences humaines
Le Point du Jour centre d’art éditeur / Photographies
MJW Fédition / Psychologie
Nous / Philosophie, poésie et littérature
Les éditions de la Lieutenance / Patrimoine honfleurais
Cahiers du Temps / Histoire sociale et patrimoine régional
OREP / Histoire régionale
Éditions du Chameau / Peinture, arts graphiques, littérature et poésie
Rougier V. Editions / Livres d’artiste
Eurocibles « Inédits et introuvables du patrimoine normand » / Histoire et patrimoine régionaux

Sur la table Tremplin
Les éditions Aquarelles / Livres d’art, reproductions d’aquarelles
Alexis Brun Productions / Livres audio
Le Vistemboir / Régionalisme, mémoire et art

Rendez-vous
Carte blanche aux Presses universitaires de Caen
> Lundi 29 mars à 14h, espace du SNE, stand H 10
Carte blanche aux éditions Møtus
> Lundi 29 mars à 16h30, espace du SNE, stand H 10
Carte blanche à MJW Fédition
> Mardi 30 mars à 16h30, espace du SNE, stand H 10

Les auteurs en dédicaces

Éditions Cahiers du Temps
Dominique Bussillet > Lundi 29 et mardi 30 mars de 14h30 à 17h30
Rougier V. Éditions

Claude Ber > Vendredi 26 mars de 17h30 à 18h30
Claudine Bertrand > Samedi 27 de 17h à 18h30
Alexis Pelletier > Samedi 27 de 17h à 18h30
Laurence Solirenne > Dimanche 28 de 15h à 17h
Jacques Ancet et Colette Deblé > Lundi 29 de 15h à 17h
Presses universitaires de Caen

Frédéric Loyer > Samedi 29 à partir de 14h
Éditions OREP

Gérard Pouchain > Samedi 27 de 15h à 17h
Møtus

Alice Brière-Hacquet > Samedi 27 de 11h à 13h
François David > Samedi 27 de 14h à 18

Infos pratiques
Stand Livres en Normandie / C 43 E 44
Paris Porte de Versailles – Pavillon 1
Boulevard Victor Hugo, Paris 15e

Horaires
Du vendredi 26 au mercredi 31 mars, de 10h à 19h sauf le mardi 30 mars de 10h à 22h

Plus d’infos
www.arl-haute-normandie.fr
www.salondulivreparis.com

L/É : Présenterez-vous des nouveautés cette année ? Si oui lesquelles ?
Pascal Daniel : Nous présenterons une nouveauté, le deuxième tome de notre série historique consacrée aux cinq plages du débarquement en Normandie. Le tome 2 de Normandie Juin 44 (en français et en anglais) consacré à Utah Beach et Carentan, qui met en scène  un jeune Allemand et un jeune Américain, qui au début de l’histoire écrivent à leur mère respective. Chacun se prépare, à sa manière, à vivre les évènements tragiques à venir. Jürgen logé dans une ferme normande, sent bien que l’augmentation des bombardements et des vols de reconnaissance est un signe annonciateur d’un débarquement. Mais il l’imagine dans le Pas-de-Calais. Lewis quant à lui loge dans une famille anglaise. Il appréhende son parachutage et les futures batailles sur le sol normand, face à un ennemi qu’il pense connaître, puisque sa famille est originaire d’Allemagne. Nous avons trois albums en préparation qui ne seront vraisemblablement pas prêts pour le salon. Le tome 3 de Normandie Juin 44, une histoire centrée sur le secteur de Gold et la construction du port d’Arromanches. La suite et la fin de la biographie en BD de l’amiral de Tourville, Capitaine du Roi, relatant entre autre les batailles navales de Saint-Vaast-La-Hougue. Et un polar, traité en BD toujours, sur une idée de Régis Loisel, qui met en scène un enquêteur débonnaire, retraité de l’éducation nationale et qui évolue pour cette première aventure entre la Bretagne et la Normandie.

François Bourdon : Oui nous présenterons les livres que nous avons faits depuis la dernière édition et les projets en cours comme celui mentionné plus haut. Il y aura au moins les livres suivants : Le Mystère de la boîte à visages d’Alain Lambert et  Bernard Louvel ; Félis, une histoire de chat racontée par Annick Tanguy-Pérus et illustrée par Michel Fresnel ; Vous allez en Albanie ? de Gérard Lange, Olivier Riffaud et Bernard Louvel ; Maleine as-tu tes règles ?, céramiques et textes d’Elisabeth Le Rétif, photographies et pliage de Patrick MACE ; Nos Arts, petit journal relié, novembre 2007 à décembre 2008, quatorze mois de publications et 21 auteurs réunis dans ce livre sous la direction de Michel Fresnel et de Dino Fava ; Histoire de parler d’ailes…, ce livre accompagné d’un livret sur le travail d’Alain Cousin nous entraîne dans un univers sensible et plein de poésie.

Les commentaires sont fermés.